« Zombies de droite » : la critique

afficheZombiesdedroite-GA

« Zombies de droite », enfin une bonne série B française !

Roger Khormane (pseudo du réalisateur Jean-Baptiste Grosjean) signe une série B comme on en rêvait depuis longtemps en France. Dans « Zombies de droite », Anne-Lise et Erwan, un jeune couple vivant dans un quartier branché de Zodonia, découvrent qu’une mystérieuse contamination semble toucher la population qui se transforme en zombies et manifeste à travers la ville en étripant tous les citadins qui défendent le droit à l’avortement, le respect des immigrés ou encore des homosexuels. Le massacre prenant de l’ampleur, les autorités laxistes se retrouvent débordées et Anne-Lise et Erwan doivent se frayer un passage à travers l’hécatombe pour rejoindre Scandinavia, au nord, seule terre de salut.

On réclamait depuis longtemps un vrai cinéma bis à la française et cet opus semble répondre à nos attentes. Le film est fourni en séquences assez parlantes. Le couple va rencontrer une galerie de zombies particulièrement effrayants, des zombies violeurs de lesbiennes aux zombies catholiques qui crucifient leurs victimes, le tout évoquant avec humour les débats tenus en France depuis plus d’un an. Une séquence de télévision montre une interview d’un zombie prétextant la sauvegarde des enfants pour expliquer que les zombies aient dévoré les médecins procédant à l’avortement dans une clinique. Alors qu’Erwan se cache dans un sous-sol avec un couple d’hommes mariés et leur enfant adopté, des zombies arrivent en famille nombreuse et c’est le bébé zombie qui se jette sur l’enfant du couple homosexuel en lui arrachant visage et tripes. Les écoles maternelles et les bibliothèques publiques sont saccagés par des zombies dévorant les enfants après avoir séparé les filles et les garçons dans des pièces différentes. Ces bizarreries donnent tout leur sel à un film apocalyptique, sur la fin d’un idéal démocratique où les zombies femelles restent en retrait pour préparer des soupes à partir des cadavres des victimes. Erwan et Anne-Lise seront sauvés par un groupe de résistants anarchistes pro-marxistes qui se sacrifieront dans une hallucinante scène de survie où les zombies entonnent un rap anti-féministes tout en essayant de les déloger de leur cachette.

Ce film de zombies dans la tradition du genre amuse par son impertinence et a déjà été critiqué par la droite et l’extrême droite qui y voient une « atteinte à la liberté d’expression ». On souhaite à ce film frais de rencontrer son public.

RCAlogo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s